jeudi 14 décembre 2017

Temps

Temps de l'Avent

Semaine

Jeudi de la deuxième semaine

Complément

Psaume

Psaume 129 (128)

Ils ne m’ont pas soumis

 
1
Que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse,
 
 
   — à Israël de le dire — *
 
2
que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse :
 
 
   ils ne m’ont pas soumis !

 
3
Sur mon dos, des laboureurs ont labouré
 
 
   et creusé leurs sillons ; *
 
4
mais le Seigneur, le juste,
 
 
   a brisé l’attelage des impies.

 
5
Qu’ils soient tous humiliés, rejetés,
 
 
   les ennemis de Sion ! *
 
6
Qu’ils deviennent comme l’herbe des toits,
 
 
   aussitôt desséchée !

 
7
Les moissonneurs n’en font pas une poignée,
 
 
   ni les lieurs une gerbe, *
 
8
et les passants ne peuvent leur dire :
 
 
   « La bénédiction du Seigneur soit sur vous ! »

 
 
Au nom du Seigneur, nous vous bénissons.

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 26, v. 1-8

1
Ce jour-là, dans le pays de Juda, les habitants chanteront: "Nous avons une ville bien défendue. Pour nous protéger, le Seigneur l'a entourée de deux murs.
2
Ouvrez les portes! Laissez entrer le peuple qui obéit à Dieu, qui lui est fidèle.
3
Il ne se laisse troubler par rien. Seigneur, tu lui donnes une paix sûre, parce qu'il a confiance en toi.
4
Faites confiance au Seigneur pour toujours, oui, au Seigneur, solide Rocher qui dure toujours.
5
Il a fait tomber ceux qui habitaient sur les hauteurs, il a renversé la ville si bien protégée. Il l'a abaissée, abaissée jusqu'à terre, il l'a jetée dans la poussière.
6
Elle sera écrasée par les gens sans importance, par les pauvres qui marcheront sur elle."
7
Seigneur, le chemin de celui qui t'obéit est un chemin droit. Tu lui prépares une route bien droite.
8
Oui, Seigneur, sur le chemin que tu nous commandes de suivre, nous mettons notre espoir en toi. Notre seul désir, c'est de faire appel à toi, de penser à toi.

Commentaire

Le fleuve, le roc, la foi et la cité

« Au cœur constant tu assures la paix,
oui la paix parce qu’il se confie en toi.
Mon âme, la nuit, te désire
et dès l’aurore mon esprit te guette » (v. 3 et 9).

Comment est né ce cantique ? Mystère ...
Mais il a toujours résonné aux oreilles d’Israël lorsque ses sentiments oscillaient entre le désir de vengeance et l’espoir, usant pour l’appeler à se confier en Dieu de ce contraste saisissant entre la ville forte des justes et les débris jonchant la citadelle des méchants. Allusion peut-être au sort de la redoutable Petra.
Chez Esaïe, la foi au Seigneur, « Roc éternel », déborde la sphère individuelle pour s’étendre à celle du « politique ». Car les portes dont « les justes » demandent l’ouverture (2) ne sont pas celles du Temple mais de la Cité. Quand ?

« Ce jour-là » n’appartient qu’au Seigneur, et nul ne sait... Cependant il est certain que les rachetés chanteront. Tous ceux dont la vie, les biens et les valeurs ont été foulés aux pieds par l’ennemi contempleront la pareille à son encontre.

La 2e strophe (7-9) est une prière, un fleuve tranquille et porteur, une méditation : non pas simplement rectifier le chemin de la vie, mais carrément choisir le sentier bien droit que Dieu offre à celui qui, dans la nuit (9), aspire à sa présence (Ps 63).

Sujets de prière

Oraison

Seigneur, toute ton Eglise assemblée sur la terre chante ta venue au milieu de nous. Accorde-nous la grâce de nous attendre à Toi. Ouvre nos cœurs et nos esprits au mystère de tes grâces. A Toi nos louanges aux siècles des siècles.

Cantique 113 A (du recueil Alléluia)

Vous qui servez le Seigneur Dieu