mardi 14 août 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 66 (65)

Voyez les hauts faits de Dieu

 
1
Acclamez Dieu, toute la terre ; †
 
2
fêtez la gloire de son nom,
 
 
glorifiez-le en célébrant sa louange.

 
3
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables !
 
 
En présence de ta force, tes ennemis s’inclinent.
 
4
Toute la terre se prosterne devant toi,
 
 
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom. »

 
5
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
 
 
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.
 
6
Il changea la mer en terre ferme :
 
 
ils passèrent le fleuve à pied sec.

 
 
De là, cette joie qu’il nous donne.
 
7
Il règne à jamais par sa puissance.
 
 
Ses yeux observent les nations :
 
 
que les rebelles courbent la tête !

 
8
Peuples, bénissez notre Dieu !
 
 
Faites retentir sa louange,
 
9
car il rend la vie à notre âme,
 
 
il a gardé nos pieds de la chute.

 
10
C’est toi, Dieu, qui nous as éprouvés,
 
 
affinés comme on affine un métal ;
 
11
tu nous as conduits dans un piège,
 
 
tu as serré un étau sur nos reins.

 
12
Tu as mis des mortels à notre tête ; †
 
 
nous sommes entrés dans l’eau et le feu,
 
 
tu nous as fait sortir vers l’abondance.

 
          ~

 
13
Je viens dans ta maison avec des holocaustes,
 
 
je tiendrai mes promesses envers toi,
 
14
les promesses qui m’ouvrirent les lèvres,
 
 
que ma bouche a prononcées dans ma détresse.

 
15
Je t’offrirai de beaux holocaustes †
 
 
avec le fumet des béliers ;
 
 
je prépare des bœufs et des chevreaux.

 
16
Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
 
 
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme ;
 
17
quand je poussai vers lui mon cri,
 
 
ma bouche faisait déjà son éloge.

 
18
Si mon cœur avait regardé vers le mal,
 
 
le Seigneur n’aurait pas écouté.
 
19
Et pourtant, Dieu a écouté,
 
 
il entend le cri de ma prière.

 
20
Béni soit Dieu †
 
 
qui n’a pas écarté ma prière,
 
 
ni détourné de moi son amour !

Lectures du jour


Première épître de Pierre, Chap. 2, v. 19-25

19
 Vous supportez peut-être des souffrances que vous ne méritez pas, et cela, parce que vous voulez rester fidèles à Dieu. Eh bien, c'est une belle chose.
20
 En effet, si vous avez fait le mal, quel mérite avez-vous à supporter les coups? Mais si vous souffrez avec patience quand vous avez fait le bien, c'est une belle chose devant Dieu.
21
 Oui, c'est à cela que Dieu vous a appelés. Le Christ aussi a souffert pour vous, il vous a montré le chemin, pour que vous suiviez ses traces.
22
 Lui, il n'a pas fait le mal, il n'a jamais trompé personne.
23
 Lui, quand on l'a insulté, il n'a pas rendu l'insulte. Quand il a souffert, il n'a menacé personne, mais il a mis sa confiance en Dieu qui juge avec justice.
24
 Sur le bois de la croix, il a porté lui-même nos péchés dans son corps. C'est pourquoi nous avons cessé de vivre pour le péché et nous pouvons mener une vie qui plaît à Dieu. C'est par ses blessures qu'il vous a guéris.
25
 Oui, vous étiez comme des moutons perdus, mais maintenant, vous êtes revenus vers le berger qui protège vos vies. Paix à vous tous qui êtes unis dans le Christ!

Commentaire

Souffrir sans le mériter

Ce texte se garde de justifier la souffrance.
Il ne dit pas : « Vous qui êtes fragiles, faillibles, pécheurs… au fond vous n’éviterez pas – et même vous méritez – de souffrir » – Non ! La souffrance ne vient pas comme un juste retour, mais comme quelque chose d’aussi immérité et incompréhensible que celle du Christ.
A nouveau, la soumission, le respect sont poussés de plus en plus loin.

Le respect et la bonté recommandés par ces versets peuvent être à sens unique, sans réciproque, investis « à fonds perdu » vis-à-vis d’un autre qui ne pratique pas la même attention ni les mêmes égards – parce qu’il n’est pas animé des mêmes valeurs.
Mais ce n’est pas « à fonds perdu », dit Pierre.

Bien agir et refuser de mal agir même si on est maltraité, c’est une attitude juste. Une souffrance non méritée – celle des croyants, semblable à celle du Christ – tend vers la justice. Elle refuse de se faire justice, elle refuse de se venger ou de renoncer au respect parce que l’autre ne respecte rien. Non, les croyants n’accorderont pas aux injustes le pouvoir de leur dicter leur conduite : « Je ne vous accorde pas le pouvoir de me rendre méchant ! » pourraient-ils lancer à leurs adversaires.

Dieu attend patiemment qu’on vive selon sa justice. Elle doit être pratiquée « en attendant » et même à sens unique.

Oui ce exhortation apostolique suit une ligne difficile et exigeante. Elle se garde de justifier la souffrance, soit ! Et pourtant : que de souffrances injustes ont été cautionnées, permises, imposées avec ces arguments ! Que de victimes encouragées, voire obligées de subir sans se révolter … à cause des bons conseils de l’épître de Pierre. Quel dilemme ! Mais regardons d’abord à Celui au nom de qui ils sont donnés.

Sujets de prière

Oraison

Nous avons goûté, ô Dieu, les fruits de la terre,
contemplé les arbres d’automne
qui ploient sous les dons célestes,
connu des gens porteurs
de ton esprit de générosité.
Que tous nous guident en ce jour!
Et que Marie qui discernait ta bonté en son sein
m’enseigne la sagesse née de la douleur!
Donne-nous de découvrir
que la semence disposée
dans le creux de notre âme
est plus profonde en nous
que toute jachère!
Accorde-nous de saisir
que la moisson à partager avec équité
est plus grande que toute la stérilité du monde!

Cantique 91 (du recueil Alléluia)

Qui demeure auprès du Seigneur