jeudi 13 juillet 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 21 (20)

Dresse-toi dans ta force

 
2
Seigneur, le roi se réjouit de ta force ;
 
 
quelle allégresse lui donne ta victoire !
 
3
Tu as répondu au désir de son cœur,
 
 
tu n’as pas rejeté le souhait de ses lèvres.

 
4
Tu lui destines bénédictions et bienfaits,
 
 
tu mets sur sa tête une couronne d’or.
 
5
La vie qu’il t’a demandée, tu la lui donnes,
 
 
de longs jours, des années sans fin.

 
6
Par ta victoire, grandit son éclat :
 
 
tu le revêts de splendeur et de gloire.
 
7
Tu mets en lui ta bénédiction pour toujours :
 
 
ta présence l’emplit de joie !

 
8
Oui, le roi s’appuie sur le Seigneur :
 
 
la grâce du Très-Haut le rend inébranlable.
 
14
Dresse-toi, Seigneur, dans ta force :
 
 
nous fêterons, nous chanterons ta vaillance.

Lectures du jour


Genèse, Chap. 22, v. 1-8

1
 Après cela, Dieu veut voir si Abraham est toujours prêt à lui obéir. Il l'appelle: "Abraham!" Abraham répond: "Oui, je t'écoute!"
2
 Dieu continue: "Prends ton fils, Isaac, ton seul fils, celui que tu aimes tant. Va dans le pays de Moria. Et là, offre-le en sacrifice sur une montagne que je te montrerai."
3
 Le jour suivant, Abraham se lève tôt le matin. Il coupe du bois pour le feu du sacrifice. Il prépare son âne pour le voyage. Il prend avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Puis il part vers l'endroit que Dieu lui a montré.
4
 Le troisième jour, Abraham aperçoit au loin la montagne où il doit aller.
5
 Abraham dit à ses serviteurs: "Restez ici avec l'âne. L'enfant et moi, nous allons là-haut pour adorer Dieu. Puis nous reviendrons vers vous."
6
 Abraham prend le bois pour le sacrifice et il le fait porter par son fils Isaac. Lui-même porte le feu et un couteau, et ils s'en vont tous deux ensemble.
7
 Isaac dit à Abraham: "Père!" Abraham répond: "Oui, mon fils, je t'écoute." Isaac continue: "Nous avons le feu et le bois. Mais où est l'agneau pour le sacrifice?" 08 Abraham répond: "Dieu s'arrangera pour trouver l'agneau du sacrifice, mon fils." Tous les deux continuent à marcher ensemble.

Commentaire

Un Dieu qui donne et reprend ?

Il est indispensable de bien laisser résonner en nous le v. 1 : la syntaxe de ce verset accentue fortement le mot Dieu. Il convient aussi de ne pas dissiper ce que ce récit a d’énigmatique par quelque explication psychologique – elles n’ont jamais manqué au cours des âges et selon les écoles …
Ce qui importe ici, c’est de parler d’une tentation qui est survenue dans la vie d’Abraham – seulement en ce sens que l’épreuve lui a été imposée, au sens le plus fort de ces deux mots, par Dieu lui-même, le Dieu d’Israël.
Quand bien même le récit laisse entendre dès le début que Dieu n’ira pas jusqu’au bout de son exigence, Abraham, lui, est conscient d’avoir reçu un ordre d’un sérieux mortel. Il comporte quelque chose d’absolument incompréhensible : l’enfant donné par Dieu après une attente interminable, l’unique lien qui puisse encore le rattacher à la promesse d’une postérité immense, doit être rendu à Dieu en sacrifice !
Abraham a dû déjà se séparer de tout son passé (Gn 12), le voici maintenant appelé à anéantir lui-même tout son avenir. Et lorsque, dans l’ordre de Dieu adressé au père concernant son fils, intervient l’apposition « ton fils, ton unique, celui que tu aimes » (v.2), on est dans l’horreur, le dégoût et la révolte.
L’idée d’« épreuve » pédagogique que Dieu inflige à l’homme pour sonder sa foi et mesurer sa fidélité n’est pas nouvelle dans l’histoire patriarcale : le récit des trois visiteurs aux Chênes de Mamré, si belle pourtant, en est une. Cette notion se retrouve souvent, par la suite, dans la Bible.
On pourrait dire que la foi en elle-même, face au doute, en est déjà une !...

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu, ton Fils Jésus-Christ a pris résolument le chemin de Jérusalem pour y affronter la mort sur la croix. Nous t’en prions, par sa victoire, délivre-nous de la crainte de nous engager avec lui sur le chemin du service et du sacrifice. Dispose-nous à faire ce que tu demandes et, s’il le faut, à t’obéir même jusqu’au don de notre vie, par Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 44-07 (du recueil Alléluia)

Tu me veux à ton service