mercredi 13 juillet 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mercredi

Complément

Psaume

Psaume 42 (41)

Mon âme a soif de Dieu

 
2
Comme un cerf altéré
 
 
   cherche l’eau vive, *
 
 
ainsi mon âme te cherche
 
 
   toi, mon Dieu.

 
3
Mon âme a soif de Dieu,
 
 
   le Dieu vivant ; *
 
 
quand pourrai-je m’avancer,
 
 
   paraître face à Dieu ?

 
4
Je n’ai d’autre pain que mes larmes,
 
 
   le jour, la nuit, *
 
 
moi qui chaque jour entends dire :
 
 
   « Où est-il ton Dieu ? »

 
5
Je me souviens,
 
 
   et mon âme déborde : *
 
 
en ce temps-là,
 
 
   je franchissais les portails !

 
 
Je conduisais vers la maison de mon Dieu
 
 
   la multitude en fête, *
 
 
parmi les cris de joie
 
 
   et les actions de grâce.

6
Pourquoi te désoler, ô mon âme,
 
 
   et gémir sur moi ? *
 
 
Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
 
 
   il est mon sauveur et mon Dieu !

 
          ~

 
7
Si mon âme se désole,
 
 
   je me souviens de toi, *
 
 
depuis les terres du Jourdain et de l’Hermon,
 
 
   depuis mon humble montagne.

 
8
L’abîme appelant l’abîme
 
 
   à la voix de tes cataractes, *
 
 
la masse de tes flots et de tes vagues
 
 
   a passé sur moi.

 
9
Au long du jour, le Seigneur
 
 
   m’envoie son amour ; *
 
 
et la nuit, son chant est avec moi,
 
 
   prière au Dieu de ma vie.

 
10
Je dirai à Dieu, mon rocher :
 
 
   « Pourquoi m’oublies-tu ? *
 
 
Pourquoi vais-je assombri,
 
 
   pressé par l’ennemi ? »

 
11
Outragé par mes adversaires,
 
 
   je suis meurtri jusqu’aux os, *
 
 
moi qui chaque jour entends dire :
 
 
   « Où est-il ton Dieu ? »

12
Pourquoi te désoler, ô mon âme,
 
 
   et gémir sur moi ? *
 
 
Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
 
 
   il est mon sauveur et mon Dieu !

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 37, v. 29-38

29
 Oui, tu t'es mis en colère contre moi, j'ai entendu tes paroles méprisantes. C'est pourquoi je passerai un crochet dans ton nez et une tige de fer entre tes mâchoires. Je te ramènerai chez toi par la route que tu as prise pour venir ici.
30
Et toi, Ézékias, je te donne un signe: cette année, vous mangerez le blé qui a poussé tout seul. L'année prochaine, ce sera la même chose. Mais l'année suivante, vous pourrez semer et récolter votre blé, planter des vignes et manger leurs fruits.
31
 Ceux du royaume de Juda qui sont restés en vie seront comme un jeune arbre. Ils enfonceront leurs nouvelles racines dans la terre, ils porteront des fruits sur leurs branches.
32
 Oui, ceux qui restent sortiront de Jérusalem, ceux qui sont encore en vie se mettront debout sur la montagne de Sion. Voilà ce que le Seigneur de l'univers fera à cause de son brûlant amour."
33
 Ésaïe a ajouté: "Et maintenant, voici ce qu'il dit au sujet du roi d'Assyrie: Il n'entrera pas dans cette ville, il n'y lancera pas une seule flèche. Il ne luttera pas contre elle. Il ne se protégera pas derrière ses boucliers pour l'attaquer.
34
 Il repartira par la route qu'il a prise pour venir ici. Il n'entrera pas à Jérusalem. C'est moi, le Seigneur, qui le déclare.
35
 Je protégerai cette ville et je la sauverai. Je ferai cela parce que je suis Dieu, et que je suis fidèle à David, mon serviteur."
36
 L'ange du Seigneur est arrivé dans le camp assyrien et il a fait mourir 185 000 hommes. Le matin suivant, les soldats ont découvert tous ces morts.
37
 Alors Sennakérib, roi d'Assyrie, a fait démonter les tentes, il est retourné à Ninive et il est resté dans cette ville.
38
 Un jour, il était en train de prier dans le temple de Nisrok, son dieu. Deux de ses fils, Adrammélek et Saresser, l'ont tué et ont fui au pays d'Ararat. Un autre de ses fils, Assaradon, est devenu roi à sa place.

Commentaire

Tenir, en attendant !

« Le blé qui aura poussé tout seul » (v. 30) : c’est peu ! D’autant que cette maigre récolte est programmée pour l’année suivante. Pour un peuple que l’ennemi a affamé jusqu’à lui annoncer qu’il va être réduit à « manger ses excréments et boire son urine » (Es 36,12), la délivrance annoncée mettra du temps à déployer ses effets. Dans l’entre-temps, il y aura peut-être encore des gens qui mourront d’inanition. L’exaucement est un long chemin qui nécessite une foi, une persévérance d’autant plus grande que l’enthousiasme qui a fulguré à son annonce laisse l’œil aveuglé et incapable de lire la nuit qui dure encore pour un temps.
Le temps où justement il faut tenir.
Le statut du chrétien qui vit entre le déjà et le pas encore. « Celui qui tiendra jusqu’au bout recevra la couronne de vie » (Ap 2, 10).

Mais un « fait divers » massif et dramatique suit de peu l’annonce, par Esaïe, du desserrement de l’étau assyrien : ces 185’000 morts dans son camp militaire qu’on découvre au petit matin. On ne sait rien de ce qui s’est passé. Un séisme, une épidémie (méningite : c’est rapide et violent), ou la peste ? « Un ange du Seigneur intervint », est-il sobrement mentionné… Un exécutant, qu’il soit de nature humaine ou autre, de la volonté libératrice de Dieu en faveur de son peuple enserré dans une configuration critique. Il y a aussi cette révolution de palais et ce parricide. Autant de coups de vent qui font se tourner – dans le désordre, mais à point nommé – les pages du livre de l’Histoire. Des constantes dans l’histoire de l’Israël biblique…

Sujets de prière

Oraison

O Dieu, notre Père,
dont la bonté envers nous ne se lasse jamais,
étends ta protection sur toute ta famille,
menacée par les assauts de l’ennemi;
elle n’a d’autre soutien que l’espoir de ta grâce,
sois toujours son protecteur et son défenseur;
par Jésus-Christ, notre Sauveur.

Cantique 91 (du recueil Alléluia)

Qui demeure auprès du Seigneur