mardi 13 avril 2021

Temps

Temps de Pâques

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 113 (112)

Béni soit le nom du Seigneur

 
1
Alléluia !

 
 
Louez, serviteurs du Seigneur,
 
 
louez le nom du Seigneur !
 
2
Béni soit le nom du Seigneur,
 
 
maintenant et pour les siècles des siècles !
 
3
Du levant au couchant du soleil,
 
 
loué soit le nom du Seigneur !

 
4
Le Seigneur domine tous les peuples,
 
 
sa gloire domine les cieux.
 
5
Qui est semblable au Seigneur notre Dieu ?
 
 
Lui, il siège là-haut.
 
6
Mais il abaisse son regard
 
 
vers le ciel et vers la terre.

 
7
De la poussière il relève le faible,
 
 
il retire le pauvre de la cendre
 
8
pour qu’il siège parmi les princes,
 
 
parmi les princes de son peuple.
 
9
Il installe en sa maison la femme stérile,
 
 
heureuse mère au milieu de ses fils.

Lectures du jour


Épître aux Colossiens, Chap. 2, v. 1-8

1
Oui, je veux vous faire savoir ceci : je dois lutter durement pour vous, pour les chrétiens de Laodicée et pour tous ceux qui ne m'ont jamais vu de leurs yeux.
2
Je veux qu'ainsi leur cœur soit plein de courage, qu'ils soient unis dans l'amour et totalement remplis d'intelligence. Alors, ils connaîtront le projet caché de Dieu. C'est le Christ qui le réalise,
3
et tous les trésors de la sagesse et de la connaissance sont cachés en lui.
4
Je dis cela pour que personne ne vous trompe avec de beaux discours.
5
Bien sûr, je suis loin de vous, mais mon cœur est avec vous. Je suis content de voir que, chez vous, tout se passe dans l'ordre, et que votre foi au Christ reste solide.
6
Vous avez reçu le Christ Jésus comme Seigneur. Eh bien, vivez unis à lui.
7
Plongez vos racines en lui, construisez votre vie sur lui. Restez solidement dans la foi qu'on vous a apprise et remerciez Dieu avec beaucoup d'ardeur.
8
Attention ! Personne ne doit vous prendre au piège avec les idées fausses de la sagesse humaine. Ce sont des mensonges creux qui s'appuient sur des traditions humaines, sur les forces du monde, et non pas sur le Christ.

Commentaire

Garder le cap…

Ni angélisme ni mièvrerie dans l’évocation du combat que Paul mène pour garder en ligne ses lecteurs. C’est rude, c’est redoutable parfois.
C’est aussi à la hauteur de l’enjeu: «richesse, plénitude, intelligence, connaissance, trésors de sagesse». Des mots forts qui commencent à identifier les «beaux discours» susceptibles de dévoyer la communauté naissante de Colosses.
En même temps, ces mots tentent de dire la merveille, la force d’une vraie communion chrétienne, seule capable d’entourer, d’accompagner les croyants dans les aléas de leurs vies.
Seule à même de fortifier leur cœur – pas tant celui qui bat physiquement dans leur poitrine que celui qui anime le centre de leur être. Ambivalence, insuffisance des mots pour évoquer l’ineffable!… D’où le risque d’errance! D’où aussi la vigueur que Paul met à sa lettre. Il est absent pour ses lecteurs, mais si puissamment présent et proche par son esprit, sa prière, ses encouragements.
Le Christ vivant, souffrant, resurgissant, le Crucifié-Ressuscité, antidote aux beaux parleurs, critère solide de discernement pour tenir le cap dans les tempêtes de l’existence.
Savons-nous encore cela aujourd’hui, pouvons-nous le faire nôtre et en partager la conviction au milieu de tant de discours lénifiants qui, à force de ‘spiritualiser’ ou de ‘vulgariser’, déresponsabilisent?

Sujets de prière

Cantique 34-26 (du recueil Alléluia)

Christ est vraiment ressuscité