lundi 13 avril 2015

Temps

Temps de Pâques

Semaine

Lundi de la deuxième semaine

Complément

Une erreur s'est produite lors du chargement du psaume.

Lectures du jour

Ez 1,25 - 2,5


Épître aux Colossiens, Chap. 1, v. 15-29

15
Le Christ est l'image du Dieu qu'on ne peut voir. Il est le Fils premier-né au-dessus de toutes les choses créées.
16
En effet, c'est en lui que Dieu a tout créé dans les cieux et sur la terre : les choses qu'on voit et celles qu'on ne voit pas, les forces et les esprits qui ont autorité et pouvoir. Tout est créé par lui et pour lui.
17
Le Christ existe avant toute chose, et tout ce qui existe ne tient que par lui.
18
C'est lui qui est la tête du corps, c'est-à-dire de l'Église. Il est le commencement, celui qui, le premier, s'est levé de la mort, pour être le premier de tous, toujours et partout.
19
Oui, Dieu a voulu habiter totalement dans son Fils,
20
et il a voulu tout réconcilier avec lui, par son Fils et pour son Fils. Par le sang que son Fils a versé sur la croix, Dieu a fait la paix sur la terre et dans les cieux.
21
Vous, autrefois, vous étiez des étrangers pour Dieu, vous étiez ses ennemis. En effet, vous pensiez à faire le mal et vous le faisiez !
22
Mais maintenant, Dieu vous a réconciliés avec lui par la mort de son Fils, qui a souffert dans son corps humain. Alors vous pouvez vous présenter devant Dieu en étant saints, purs et sans faute.
23
Mais vous devez rester solides et forts dans la foi. Ne vous éloignez pas de la Bonne Nouvelle : elle est notre espérance. Vous l'avez entendue, on l'a annoncée à tout ce qui existe sous le ciel, et moi, Paul, je suis devenu le serviteur de cette Bonne Nouvelle.
24
Maintenant, je suis heureux de souffrir pour vous. En effet, dans mon corps, je continue à participer aux souffrances du Christ pour son corps, c'est-à-dire pour l'Église.
25
Je suis devenu le serviteur de l'Église, pour faire le travail que Dieu m'a demandé : je dois vous annoncer la parole de Dieu tout entière.
26
Cette Parole, c'est le mystère caché à toutes les générations depuis toujours. Maintenant, Dieu l'a montré clairement à ceux qui lui appartiennent.
27
Il a voulu leur faire connaître la grandeur de ce mystère et sa richesse, pour tous les peuples. Ce mystère, le voici : le Christ est au milieu de vous, et par lui, vous espérez participer à la gloire de Dieu.
28
C'est ce Christ que nous annonçons. Nous donnons à chacun des conseils et un enseignement avec toute la sagesse possible, pour que tous deviennent adultes dans le Christ.
29
C'est pourquoi je travaille et je lutte avec la force du Christ qui agit en moi avec puissance.

Commentaire

Christ ma part et mon tout, en toute circonstance!

Dans ces deux strophes, le Christ est montré comme celui qui est au-dessus de tout et à qui tout est soumis. Cette affirmation de la suprématie du Christ est là pour rappeler aux Colossiens que rien ni personne n'est au-dessus du Christ et qu'il est donc vain de s'attacher aux hérésies qui prétendent annoncer un super-Evangile.
Christ est pleinement suffisant : Il est l'image de Dieu, il est celui qui nous révèle le Père ; par sa mort et sa résurrection, Christ montre que Dieu, dans sa faiblesse, vient révéler l'éclatante force de son amour. Christ est celui qui donne la vie à la création, qui la maintient aujourd'hui et qui la rétablit dans sa juste relation avec Dieu.
Cet hymne centré sur le Christ nous invite à la louange et aussi à la réflexion. Qui est Christ pour nous ? Dépendons-nous de lui dans notre vie ou vivons-nous de manière autonome ? Christ nous a libérés de tout asservissement, vivons-nous en libérés ?
La joie trouvée par Paul dans les souffrances n'est pas de l'ordre du masochisme. Ses souffrances n'ont pas de valeur en elles-mêmes, mais seulement dans leur relation à celles du Christ et à l'Eglise, et cela dans le cadre de son ministère. Ce qui manque aux souffrances du Christ et que Paul achève dans sa chair en faveur de l'Eglise, ce n'est pas l'œuvre salutaire du Christ, pleinement suffisante (cf. 1, 20-22), mais les peines liées à la proclamation de l'Evangile par le Christ, et par l'apôtre à sa suite. Cette souffrance est en faveur de l'Eglise car c'est ainsi que Paul proclame le mieux l'Evangile et peut en achever l'annonce. Il y a donc dans la souffrance de Paul un double achèvement ou accomplissement : celui des souffrances du Christ et celui de l'annonce de la Parole de Dieu, et les deux vont ensemble. La mission de Paul est unique, car c'est lui qui a fait connaitre aux païens le mystère de Dieu, la réconciliation en Jésus Christ pour tous les hommes.
En voyant le souci et la peine de Paul pour donner du Christ une image fidèle et pour être finalement lui-même cette image, nous pouvons nous demander quelle image du Christ nous reflétons. Comment rendons-nous l'Evangile visible dans notre vie ? Que révèlent nos luttes et nos souffrances ? Ce qui est en jeu dans ces questions, c'est l'Evangile, le Christ lui-même et la croissance des hommes avec lui.

Oraison

Seigneur Dieu,
qui nous as réconciliés avec toi par la mort
et la résurrection de ton Fils,
poursuis ton œuvre en nous;
à ceux que tu as justifiés par la foi,
accorde la force de persévérer,
dans la communion du Christ ressuscité, notre Sauveur.

 

Seigneur, les hommes vont à toi dans leur misère
et demandent du secours, du bonheur et du pain.
Tous font ainsi, païens et chrétiens.
Seigneur, des hommes vont à toi, dans ta faiblesse,
te trouvent pauvre et méprisé, méconnu et trahi;
et c’est ainsi que tu vas vers leur détresse.
Seigneur, prends-moi par la main,
que je puisse moi aussi aller comme toi,
avec toi, vers mes frères.

Cantique 52-01 (du recueil Alléluia)

Jésus-Christ est Seigneur