samedi 13 août 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 119 (118), 89-96

De quel amour j’aime ta loi !

Lectures du jour


Évangile selon Marc, Chap. 9, v. 30-37

30
Ils quittent cet endroit et ils traversent la Galilée. Jésus ne veut pas qu'on sache où il est.
31
En effet, il enseigne ceci à ses disciples : << Le Fils de l'homme va être livré aux mains des hommes. Ils vont le faire mourir, et trois jours après, il se relèvera de la mort. >>
32
Mais les disciples ne comprennent pas ce qu'il leur dit, et ils ont peur de lui poser des questions.
33
Ils arrivent à Capernaüm. Quand ils sont dans la maison, Jésus demande à ses disciples : << De quoi est-ce que vous avez discuté en marchant ? >>
34
Mais les disciples se taisent. En effet, sur le chemin, ils ont discuté entre eux pour savoir qui était le plus important.
35
Alors Jésus s'assoit, il appelle les douze apôtres et leur dit : << Si quelqu'un veut être le premier, il doit être le dernier de tous et le serviteur de tous. >>
36
Ensuite il prend un enfant, il le met au milieu du groupe, l'embrasse et il dit aux disciples :
37
<<  Si quelqu'un reçoit un de ces enfants à cause de moi, c'est moi qu'il reçoit. Et cette personne qui me reçoit, ce n'est pas moi qu'elle reçoit, elle reçoit celui qui m'a envoyé. >>

Commentaire

Et au milieu… se tient un enfant

Deuxième annonce de la passion et de la résurrection.
Deuxième fois que les disciples en restent pantois, au point de ne même pas oser demander d'explications.
Le souci de Marc est grand, que chacun de ceux qui sont chargés de témoigner du Christ ait bien compris ce qu'il en est, d’où ses remarques.

S'ils «n'ont pas compris cette parole» (v. 32), ils ont pourtant retenu une chose : Jésus va mourir, il y a une succession à prendre. C’est pour elle qu’ils se disputent. Honteusement, ils ne répondent rien à l'interpellation du Christ, même dans l'intimité de leur rencontre. Alors Jésus souligne que la préséance entre les disciples ne devrait pas être le problème. Ils sont appelés au service, au service de tous, soit au plus humble des services. Telle est leur seule vraie identité.
Car qui dit service, dit disponibilité. C'est exactement ce que Jésus illustre en mettant un enfant au centre. On est bien loin des représentations modernes de l’enfant roi, objet des plus louables efforts pédagogiques : l'enfant – le mot en latin signifie «qui ne parle pas», dont la parole n’a pas de valeur, qui n’a pas voix au chapitre – ne doit coûter ni temps ni peine à l'adulte et ne compte pour rien dans la société d’alors.
Prendre du temps pour le mettre au centre, lui donner en passant une marque d'affection, tel est le signe que pose Jésus, non seulement de sa disponibilité d'adulte, mais de sa bienveillance de Fils du Dieu des humbles. Telle devra être la conduite du disciple : ce faisant, c’est Dieu lui-même qu’il accueille… et qui l’accueillera au dernier jour.

Sujets de prière

Oraison

Jésus notre espérance,
tu viens faire de nous des humbles de l’Evangile.
Nous voudrions tellement comprendre
qu’en nous le meilleur se construit
à travers une confiance toute simple,
et même un enfant y parvient.

Cantique 37-01 (du recueil Alléluia)

C'est un rempart…