samedi 12 novembre 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 49 (48)

L’homme comblé ne dure pas

 
2
Écoutez ceci, tous les peuples,
 
 
entendez bien, habitants de l’univers,
 
3
gens illustres, gens obscurs,
 
 
riches et pauvres, tous ensemble.

 
4
Ma bouche dira des paroles de sagesse,
 
 
les propos clairvoyants de mon cœur ;
 
5
l’oreille attentive aux proverbes,
 
 
j’exposerai sur la cithare mon énigme.

 
          ~

 
6
Pourquoi craindre aux jours de malheur
 
 
ces fourbes qui me talonnent pour m’encercler,
 
7
ceux qui s’appuient sur leur fortune
 
 
et se vantent de leurs grandes richesses ?

 
8
Nul ne peut racheter son frère
 
 
ni payer à Dieu sa rançon :
 
9
aussi cher qu’il puisse payer,
 
 
toute vie doit finir.

 
10
Peut-on vivre indéfiniment
 
 
sans jamais voir la fosse ?
 
11
Vous voyez les sages mourir :
 
 
comme le fou et l’insensé ils périssent,
 
 
 laissant à d’autres leur fortune.

 
12
Ils croyaient leur maison éternelle, †
 
 
leur demeure établie pour les siècles ;
 
 
sur des terres ils avaient mis leur nom.

13
L’homme comblé ne dure pas :
 
 
il ressemble au bétail qu’on abat.

 
          ~

 
14
Tel est le destin des insensés
 
 
et l’avenir de qui aime les entendre :
 
15
troupeau parqué pour les enfers
 
 
et que la mort mène paître.

 
 
À l’aurore, ils feront place au juste ;
 
 
dans la mort, s’effaceront leurs visages :
 
 
 pour eux, plus de palais !
 
16
Mais Dieu rachètera ma vie aux griffes de la mort :
 
 
c’est lui qui me prendra.

 
17
Ne crains pas l’homme qui s’enrichit,
 
 
qui accroît le luxe de sa maison :
 
18
aux enfers il n’emporte rien ;
 
 
sa gloire ne descend pas avec lui.

 
19
De son vivant, il s’est béni lui-même :
 
 
« On t’applaudit car tout va bien pour toi ! »
 
20
Mais il rejoint la lignée de ses ancêtres
 
 
qui ne verront jamais plus la lumière.

21
L’homme comblé qui n’est pas clairvoyant
 
 
ressemble au bétail qu’on abat.

Lectures du jour


Cantique des cantiques, Chap. 8, v. 5-7

5
 Qui est cette femme qui arrive du désert, appuyée sur son ami? Je te réveille sous l'arbre de l'amour, là où ta mère est devenue enceinte de toi, là où elle t'a mis au monde.
6
 Pose-moi sur ton cœur comme un bijou précieux, garde-moi près de toi, comme un bracelet gravé à ton nom. Oui, l'amour est fort comme la mort, la passion est aussi cruelle que le monde des morts. On ne peut rien contre elle. Elle brûle comme un feu, elle tombe comme la foudre.
7
 Toute l'eau des mers ne peut éteindre l'amour, et l'eau des fleuves est incapable de le noyer. Si quelqu'un donne toutes les richesses de sa maison pour acheter l'amour, on le repoussera avec mépris.

Commentaire

La vie : étreintes et empreintes

« Donné sous le grand Sceau de l’Etat » : ainsi se termine la promulgation d’un décret. « Je te confie cela sous le sceau du secret » : l’estampille, image évoquant à la fois l’instrument qui imprime et l’image imprimée, précieuse et confidentielle. « Je suis, sur toi et pour toi, cet être qui te marque et cette image indélébile que tu possèdes comme un baptême, insigne d’appartenance et de libération » : c’est ce que me semble proclamer le verset 6 de cette strophe.

La vie ne s’éveille dans toute sa vérité que lorsque deux êtres sont devenus l’un pour l’autre sceau et empreinte, géniteur et engendré. Combien de vivants sont des morts, en fait, parce que personne ne les réveille en les interpellant par leur nom, par un « Tu » qui tient compte de leurs forces et de leurs limites, respectant le mystère de leur altérité.
Louons Dieu pour ceux et celles qui nous ont généreusement marqués de leur personnalité, qui ont été et restent – même disparus – autant de pères ou mères spirituels pour nous, de frères et sœurs dans la foi.
Louons Dieu en particulier pour ce compagnon, cette compagne de vie qui nous est donné pour naviguer de conserve. Son nom, souvent évoqué, qui le fait vivre en nos cœurs et en attendre des délices. Nom du Christ, sans cesse invoqué, présent sur nous comme un signe distinctif appelant le pardon qui exonère et la vie en plénitude.

Désir d’amour et désir de Dieu, c’est tout un ! À lui d’allumer en nos cœur les amours qu’il nous faut, celles que réveilleront « sous le pommier » tant de vies qui s’ignorent.

Sujets de prière

Oraison

Pour la puissance de ton souffle sur les eaux,
le gonflement de la haute mer,
la précipitation des vagues dentelées,
grâce te soit rendue, ô Dieu!
Pour le désir intense de nos corps,
la sève de vie qui y circule,
le désir ardent de naissance et d’abondance,
grâce te soit rendue!
Rétablis-nous aujourd’hui à l’image de ton amour
afin que soient exaucées les attentes de notre cœur!
Rétablis-nous aujourd’hui à l’image de ton amour
afin de combler notre passion pour la vie!

Cantique 45-08 (du recueil Alléluia)

Tu m'as aimé, Seigneur