lundi 12 août 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 128 (127)

Tu verras les fils de tes fils

 
1
Heureux qui craint le Seigneur
 
 
et marche selon ses voies !

 
2
Tu te nourriras du travail de tes mains :
 
 
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

 
3
Ta femme sera dans ta maison
 
 
 comme une vigne généreuse, *
 
 
et tes fils, autour de la table,
 
 
 comme des plants d’olivier.

 
4
Voilà comment sera béni
 
 
 l’homme qui craint le Seigneur. *
 
5
De Sion, que le Seigneur te bénisse !

 
 
Tu verras le bonheur de Jérusalem
 
 
 tous les jours de ta vie, *
 
6
et tu verras les fils de tes fils.

 
 
      Paix sur Israël !

Lectures du jour


Livre de Jérémie, Chap. 36, v. 21-26

21
Alors le roi a envoyé Yehoudi chercher le rouleau. Celui-ci est allé le prendre dans le bureau d'Élichama, puis il s'est mis à le lire à haute voix devant le roi et devant tous les ministres qui étaient avec lui.
22
C'était le neuvième mois de l'année, et le roi occupait le logement construit pour la saison froide. Il se tenait devant un feu allumé.
23
Chaque fois que Yehoudi avait fini de lire trois ou quatre passages, le roi les découpait avec un petit couteau d'écrivain et il les jetait au feu. Il a continué à faire cela jusqu'à ce que le rouleau soit complètement brûlé.
24
Le roi et tous ses officiers avaient bien compris toutes ces paroles. Mais cela ne leur avait pas fait peur, et ils n'avaient montré aucune tristesse.
25
Pourtant, Elnatan, Delaya et Guemaria avaient insisté auprès du roi pour qu'il ne brûle pas le rouleau. Mais celui-ci ne les a pas écoutés.
26
Et il a donné l'ordre à son fils Yéraméel, à Seraya, fils d'Azriel, et à Chélémia, fils d'Abdéel, d'arrêter le secrétaire Baruc et le prophète Jérémie. Mais le Seigneur les avait mis en sécurité.

Commentaire

Autodafé

Alors commence la scène, haute en couleurs, de la lecture du volume au roi. Si celui-ci a exigé qu’on lui lise les paroles du prophète, ce n’est certainement pas pour en recevoir instruction ! … Car avec une froide persévérance, au fur et à mesure de la lecture, le roi taillade le manuscrit avec un canif de scribe et en jette les rognures au feu du brasero. Une fois le rouleau consumé – les ministres outrés n’ont pu arrêter ce sacrilège – le roi s’en prend à ses auteurs, ordonnant à ses hommes de confiance leur arrestation immédiate.
Le poète Heinrich Heine écrivait : « Là où on brûle des livres, on finit par brûler des hommes. » L’histoire de son pays lui a tragiquement donné raison : l’hitlérisme a commencé par des autodafés avant de projeter la solution finale !
C’est la tentation de tous les pouvoirs totalitaires : Chercher à étouffer la parole contestataire, la parole qui dénonce les injustices et remet en question la toute-puissance, surtout si cette parole est adressée au nom du « Tout-Puissant » qui borne la soif de pouvoir absolu des tyrans humains. Le roi de notre récit brûle le livre et cherche à tuer le prophète et son scribe.
Dieu, quant à lui, les protège en les « tenant cachés » et surtout permet au livre de renaître de ses cendres. Cette Parole ne peut être étouffée, brûlée, « liée », comme le dit l’apôtre Paul lorsqu’il est dans les chaînes à cause de l’Evangile… (voir Ep 6,20). Au contraire, et l’histoire de tous les autodafés le montre, elle gagne en puissance et en autorité malgré toutes les tentatives pour la faire taire.
Le philosophe et poète Ralph W. Emerson a raison : « Tout livre brûlé illumine le monde. » Quelle immense espérance pour tous les prophètes de la justice et de la liberté !

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Jésus,
par la force de ta Parole,
tu as permis à des aveugles de voir,
à des paralysés de marcher,
et à des sourds d’entendre.
De même aujourd’hui, fais de nous
des hommes et des femmes
transformés par ton Évangile.
Toi qui vis et qui règnes avec le Père et le Saint-Esprit,
un seul Dieu pour les siècles des siècles.

Cantique 3 (du recueil Alléluia)

Seigneur, que d'ennemis