vendredi 11 octobre 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 74 (73), 1-11

Il n’y a plus de prophètes !

 
1
Pourquoi, Dieu, nous rejeter sans fin ?
 
 
Pourquoi cette colère sur les brebis de ton troupeau ?

 
2
Rappelle-toi la communauté
 
 
 que tu acquis dès l’origine, †
 
 
la tribu que tu revendiquas pour héritage,
 
 
la montagne de Sion où tu fis ta demeure.

 
3
Dirige tes pas vers ces ruines sans fin,
 
 
l’ennemi dans le sanctuaire a tout saccagé ;
 
4
dans le lieu de tes assemblées, l’adversaire a rugi
 
 
et là, il a planté ses insignes.

 
5
On les a vus brandir la cognée,
 
 
 comme en pleine forêt, *
 
6
quand ils brisaient les portails
 
 
 à coups de masse et de hache.

 
7
Ils ont livré au feu ton sanctuaire,
 
 
profané et rasé la demeure de ton nom.
 
8
Ils ont dit : « Allons ! Détruisons tout ! »
 
 
Ils ont brûlé dans le pays les lieux d’assemblées saintes.

 
9
Nos signes, nul ne les voit ;
 
 
 il n’y a plus de prophètes ! *
 
 
Et pour combien de temps ?
 
 
 Nul d’entre nous ne le sait !

 
          ~

 
10
Dieu, combien de temps blasphémera l’adversaire ?
 
 
L’ennemi en finira-t-il de mépriser ton nom ?
 
11
Pourquoi retenir ta main,
 
 
cacher la force de ton bras ?

Lectures du jour


Épître aux Romains, Chap. 6, v. 12-23

12
 Donc le péché ne doit plus avoir de pouvoir sur votre corps qui mourra un jour, et vous ne devez plus obéir aux désirs mauvais de votre corps.
13
 Ne mettez plus votre corps au service du péché, comme un moyen pour faire le mal. Au contraire, mettez-vous au service de Dieu, comme des vivants revenus de la mort. Servez-vous de votre corps comme d'un moyen pour faire ce qui est juste.
14
 Ce n'est plus la loi qui vous commande, mais c'est l'amour de Dieu pour vous. Le péché ne peut donc plus avoir de pouvoir sur vous.
15
 Ce n'est plus la loi qui nous commande, mais c'est l'amour de Dieu pour nous. Alors, est-ce une raison pour faire le mal? Sûrement pas!
16
 Vous ne savez pas ceci? Quand vous vous mettez au service de quelqu'un comme esclaves, vous êtes les esclaves du maître à qui vous obéissez. Alors, ou bien vous êtes esclaves du péché, et le péché vous conduit à la mort, ou bien vous êtes serviteurs de Dieu, et Dieu vous rend justes parce que vous lui obéissez.
17
 Remercions Dieu! Autrefois, vous étiez esclaves du péché. Maintenant, vous avez obéi de tout votre cœur à l'enseignement donné à tous et que vous avez reçu.
18
 Vous avez été libérés du péché et vous êtes au service de ce qui est juste.
19
 J'utilise une comparaison humaine parce que vous avez du mal à comprendre. Autrefois, comme des esclaves, vous aviez mis votre corps au service d'une vie immorale et pleine de désordre, et le résultat, c'était la désobéissance à Dieu. De même, aujourd'hui, comme des esclaves, mettez votre corps au service de ce qui est juste, et le résultat, ce sera une vie qui plaît à Dieu.
20
 Quand vous étiez esclaves du péché, faire ce qui est juste ne vous intéressait pas!
21
 Et à ce moment-là, quelles actions avez-vous faites? Aujourd'hui, vous en avez honte, parce que le résultat, c'est la mort.
22
 Mais maintenant, vous êtes libérés du péché et vous êtes devenus les serviteurs de Dieu. Ainsi, vous faites des actions qui plaisent à Dieu, et le résultat, c'est la vie avec Dieu pour toujours.
23
 Oui, avec le péché, ce qu'on gagne, c'est la mort. Mais avec Dieu, ce qu'on reçoit gratuitement, c'est la vie avec lui pour toujours, en union avec le Christ Jésus, notre Seigneur.

Commentaire

Passer de l’inaccompli à l’accomplissement

Pour bien comprendre Paul, il faut se pencher sur sa conception de l’être humain. Pour lui, il ne suffit pas d’être né d’une femme et d’un homme. Tant que nous n’avons pas vécu ici-bas une seconde naissance, celle dont parlait l’Evangile (Jn 3) avant cette lettre, nous sommes des êtres inaccomplis, errants de-ci de-là, comme des chenilles (Paul appelle cela l’état «d’injustice»).
Nous avons encore à naître à notre accomplissement, tels des papillons qui reçoivent des ailes pour voler dans le ciel (Paul appelle «justice» cet état de vie accomplie). Tant que nous n’avons pas vécu cette transformation, nous sommes dans le péché et dans la mort.
Dans le langage biblique, le péché, c’est «manquer la cible» ou bien «perdre son axe», sa colonne vertébrale.
Au fond, c’est refuser de devenir papillon. Et rester chenille.
En ce sens, le péché amène à la mort (ou à la «non-naissance»), non pas du corps, mais de l’être humain accompli. Lorsque l’humain reste dans le péché, il refuse de devenir ce qu’il était appelé à devenir. Mais lorsqu’il naît à la vie accomplie, ce qui était «juste» pour lui depuis toute éternité s’accomplit en lui.
Nés à cet accomplissement, il ne faut plus mélanger les deux états, il ne faut plus que, devenus papillons, nous rampions à nouveau comme des chenilles. Notre loi, notre logique, a changé. Et ce qui nous semblait impossible auparavant (aimer, être dans la joie, recevoir la paix du cœur, s’émerveiller) devient tout à coup parfaitement évident.
Les fruits de la sanctification, qui semblaient suspendus à des hauteurs inaccessibles auparavant, sont désormais à notre portée, offerts ici-bas comme des cadeaux qui descendent du ciel.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Jésus,
au matin de ta passion tu t’es offert aux outrages de tes ennemis;
nous t’en prions, visite-nous en cette heure par ton amour,
afin que nous puissions trouver la paix dans les difficultés de l’existence
et la joie dans tout ce qui sert à ta louange,
toi qui règnes pour les siècles des siècles.

Cantique 35-18 (du recueil Alléluia)

Source de ma vie