jeudi 11 avril 2019

Temps

Temps du carême

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 131 (130)

Comme un petit enfant

 
1
Seigneur, je n’ai pas le cœur fier
 
 
   ni le regard ambitieux ; *
 
 
je ne poursuis ni grands desseins,
 
 
   ni merveilles qui me dépassent.

 
2
Non, mais je tiens mon âme
 
 
   égale et silencieuse ; *
 
 
mon âme est en moi comme un enfant,
 
 
   comme un petit enfant contre sa mère.

 
3
Attends le Seigneur, Israël, *
 
 
   maintenant et à jamais.

Lectures du jour


Job, Chap. 36, v. 1-21

1
Élihou a continué à parler et il a dit :
2
« Attends encore un peu, Job, et je vais t'apprendre d'autres choses :

je n'ai pas tout dit en faveur de Dieu.

3
Je veux faire connaître ce que je sais aux gens du bout du monde,

pour donner raison à Dieu, mon créateur.

4
C'est la vérité, je ne sais pas mentir,

et c'est quelqu'un de vraiment sage qui est près de toi.

5
« Dieu est puissant, et il ne méprise personne.

Dieu est puissant, et ses décisions sont solides.

6
Il ne laisse pas vivre les gens mauvais,

mais il fait justice aux pauvres.

7
Il ne détourne pas les yeux

de ceux qui lui obéissent.

« Dieu a aussi donné le pouvoir aux rois pour qu'ils le gardent.

Mais ils deviennent orgueilleux.

8
Et les voici prisonniers, attachés avec des chaînes,

ils deviennent esclaves du malheur.

9
Dieu leur montre par là le mal qu'ils ont fait,

les fautes qu'ils ont commises à cause de leur orgueil.

10
Il ouvre leurs oreilles pour qu'ils comprennent ce qu'il leur reproche,

il leur demande de se détourner du mal.

11
« S'ils écoutent et obéissent à Dieu,

ils finiront leur vie dans le bonheur, et leurs années dans la joie.

12
S'ils n'écoutent pas,

ils devront passer par le couloir qui conduit au monde des morts,

et ils mourront parce qu'ils n'ont rien compris.

13
Oui, les gens mauvais restent enfermés dans leur colère.

Quand Dieu les attache avec des chaînes, ils ne crient pas au secours.

14
Ils meurent en pleine jeunesse, ils finissent comme les jeunes prostitués.
15
« Mais Dieu sauve le pauvre par la pauvreté, il lui ouvre l'oreille par la souffrance.
16
Autrefois, il t'avait arraché au malheur.

Tu avais tout en abondance, et des plats délicieux couvraient ta table.

17
Pourtant, tu as été condamné comme les gens mauvais,

et le jugement qui te frappe ne pourra pas être changé.

18
Que la colère ne te pousse pas à faire de mauvais coups !

Attention ! Ne va pas penser que tu peux acheter Dieu

par des cadeaux magnifiques.

Tu ferais une erreur.

19
Tes richesses et ton or ne sont pas suffisants,

et toute ta force ne peut t'aider non plus.

20
Ne compte pas sur la nuit

qui verra les peuples chassés de leur pays.

21

Évite plutôt de te tourner vers le mal. En effet, c'est pour cela que tu es dans le malheur.

Commentaire

Je ne veux pas de ton remède ! …

Pas invité, Elihou s’active pourtant dès le chapitre 32. Très remonté contre les trois « amis » qui n’ont pas réussi à amener le révolté à « la conversion » (!), il se montre compatissant et subtil avec Job. Comme certains dominicains inquisiteurs à l’égard des huguenots qu’ils voulaient faire abjurer pour les sauver du pire … Tout miel, ses arguments écoeurent autant le prévenu que le lecteur moderne. Et chaque cuillerée dissimule un petit clou de cordonnier qui reste en travers de la gorge (v. 21b par exemple !). Que Job démorde de sa position de propre juste et revienne sur son serment impossible (Jb 27,2) ! Elihou s’y emploie.
1. Il se lance dans un plaidoyer pour Dieu tout en flattant l’attitude de Job : grand et puissant, le Créateur sait se montrer proche de sa créature, surtout quand il s’agit d’un cœur droit.
2. Alors que les amis de Job en restent au classique de l’époque – la souffrance punition du péché – Elihou innove : « l’affliction éduque et discipline », professe-t-il. Si des rois puissants se voient appliquer cette pédagogie, penses-tu, Job, ne pas correspondre à ce type de prise en charge ?
3. Elihu dépose ainsi Job à un carrefour spirituel : résister et casser, ou se soumettre à la vertu purificatrice de l’épreuve pour recouvrer la gloire d’antan (13-15).
Dieu a-t-il besoin d’un avocat commis d’office ? Le Maître a-t-il besoin d’un répétiteur ? Peut-on ouvrir le sens des souffrances avec le même passe-partout doctrinal ? Seul Dieu relèvera l’empreinte de la serrure pour mouler la clef ad hoc.
Et c’est Job qui ouvrira !

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Jésus, nous te bénissons,
car tu nous permets de nous approcher de toi,
bien que nous n’en soyons pas dignes.
Dans ta bonté, purifie nos cœurs
pour que nous puissions te contempler,
purifie aussi nos vies
pour que nous puissions t’en faire hommages;
et fais-nous la grâce de suivre
l’exemple de ton humilité
en devenant les serviteurs de nos frères et soeurs,
pour la gloire de ton nom.

Cantique 42 B (du recueil Alléluia)

Comme un cerf au loin soupire