mardi 10 septembre 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 28 (27)

Ne reste pas sans me répondre

 
1
Seigneur, mon rocher, c’est toi que j’appelle : †
 
 
   ne reste pas sans me répondre, *
 
 
car si tu gardais le silence,
 
 
   je m’en irais, moi aussi, vers la tombe.

 
2
Entends la voix de ma prière
 
 
   quand je crie vers toi, *
 
 
quand j’élève les mains
 
 
   vers le Saint des Saints !

 
3
Ne me traîne pas chez les impies,
 
 
   chez les hommes criminels ; *
 
 
à leurs voisins ils parlent de paix
 
 
   quand le mal est dans leur cœur.

 
          ~

 
6
Béni soit le Seigneur *
 
 
qui entend la voix de ma prière !

 
7
Le Seigneur est ma force et mon rempart ;
 
 
à lui, mon cœur fait confiance :
 
 
il m’a guéri, ma chair a refleuri,
 
 
mes chants lui rendent grâce.

 
8
Le Seigneur est la force de son peuple,
 
 
le refuge et le salut de son messie.
 
9
Sauve ton peuple, bénis ton héritage,
 
 
veille sur lui, porte-le toujours.

Lectures du jour


Jonas, Chap. 1, v. 1-9

1
 Un jour, le Seigneur adresse cet ordre à Jonas, le fils d'Amittaï:
2
 "Debout, va à Ninive, la grande ville. Tu menaceras ses habitants en disant:"Le Seigneur en a assez de voir vos actions mauvaises.""
3
 Jonas se met en route, mais pour fuir à Tarsis, loin du Seigneur. Il arrive à Jaffa. Là, il trouve un bateau qui part pour Tarsis. Il paie son voyage. Puis il monte dans le bateau, pour aller avec les marins à Tarsis, loin du Seigneur.
4
 Mais le Seigneur lance sur la mer un vent violent, et la tempête est si forte que le bateau risque de se casser.
5
 Les marins ont peur, chacun crie vers son dieu. Ils jettent à la mer tous les objets qui sont dans le bateau pour le rendre plus léger. Pendant ce temps, Jonas est descendu au fond du bateau, il s'est couché et dort profondément.
6
 Le capitaine du bateau s'approche de lui et lui dit: "Quoi? Tu dors! Lève-toi, crie vers ton dieu! Il pensera peut-être à nous, et nous ne mourrons pas."
7
 Puis, les marins se disent entre eux: "Pour connaître le responsable du malheur qui nous arrive, tirons au sort." Ils tirent au sort, et le sort tombe sur Jonas.
8
 Alors les marins lui disent: "Notre malheur vient de toi. Dis-nous: qu'est-ce que tu fais ici? D'où viens-tu? De quel pays et de quel peuple es-tu?"
9
 Jonas répond: "Je suis hébreu, et c'est le Seigneur que j'adore, le Dieu qui est au ciel, celui qui a fait la mer et la terre."

Commentaire

Jonas 1, 1-9

Courage, fuyons ! C’est ce que Jonas a dû se dire devant la mission que le Seigneur lui confie : « Lève-toi ! Va à Ninive la grande ville et profère contre elle un oracle. » Alors Jonas part à l’autre bout du monde, à Tarsis, là où il se croit à l’abri du regard de Dieu et de sa mission. Il s’embarque sur un navire en direction de Tarsis, se couche et tombe dans un sommeil profond. En s’endormant, Jonas fuit sa mission, il fuit la réalité.
Les premiers mots du livre de Jonas en définissent le genre littéraire : c’est l’histoire d’un prophète, d’un homme qui n’est plus son propre maître mais obéit aux ordres d’une grandeur objective, obsédante et toujours présente. Quoi qu’il fasse, il finira inévitablement par se soumettre au pouvoir de la Parole. S’il se dérobe, il deviendra un homme traqué, poursuivi par la Parole qui ne le lâchera plus.
À réception de la mission, Jonas le taciturne ne dit rien ; il s’en va en hâte sans ouvrir la bouche. Il a peur du ministère prophétique : car, prophète, il devra parler, on lui posera des questions et il devra s’expliquer.
Par-dessus tout, il pressent déjà qu’il risque d’être désavoué par son Maître qui pourrait revenir sur sa décision de punir Ninive. Le ministère du prophète est toujours un calvaire : qu’on pense à Elie, Michée, Amos. Jonas connaît leur histoire et ne se sent pas la force d’affronter des épreuves semblables.
Il ne part pas. Il s’enfuit.

Sujets de prière

Oraison

 

Dieu de toute bonté,
toi qui es digne d’un amour plus grand
que celui que nos cœurs peuvent concevoir et vivre,
donne-nous toi-même l’amour dont tu veux être aimé;
qu’ainsi rien ne nous paraisse trop dur à accepter,
à souffrir ou à accomplir
pour obéir à ta volonté,
et que ton amour nous forme de jour en jour
à ton image et à ta ressemblance,
afin que nous puission te contempler
dans la lumière de ton Royaume;
nous te le demandons
au nom de Jésus-Christ, notre Seigneur.

 

Cantique 47-02 (du recueil Alléluia)

Notre barque est en danger