Jeudi 10 Octobre 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 77 (76), 14-21

Dieu oublierait-il d’avoir pitié ?

 
14
Dieu, la sainteté est ton chemin !
 
 
Quel Dieu est grand comme Dieu ?

 
15
Tu es le Dieu qui accomplis la merveille,
 
 
qui fais connaître chez les peuples ta force :
 
16
tu rachetas ton peuple avec puissance,
 
 
les descendants de Jacob et de Joseph.

 
17
Les eaux, en te voyant, Seigneur, †
 
 
les eaux, en te voyant, tremblèrent,
 
 
l’abîme lui-même a frémi.

 
18
Les nuages déversèrent leurs eaux, †
 
 
les nuées donnèrent de la voix,
 
 
la foudre frappait de toute part.

 
19
Au roulement de ta voix qui tonnait, †
 
 
tes éclairs illuminèrent le monde,
 
 
la terre s’agita et frémit.

 
20
Par la mer passait ton chemin, †
 
 
tes sentiers, par les eaux profondes ;
 
 
et nul n’en connaît la trace.

 
21
Tu as conduit comme un troupeau ton peuple
 
 
par la main de Moïse et d’Aaron.

Lectures du jour

Commentaire

Passer d'un monde à l'autre

Dans ces versets, Paul révèle l'essentiel de son Evangile.
En un mot, il s’agit de passer d’un mode d’exister (ou d'un «monde») à un autre. Le premier est sous l’emprise du péché et de la mort. C'est la manière d'exister la plus commune marquée par le désespoir, la misère intérieure et les plaisirs passagers comme autant de fausses pistes vers le bonheur. L'humain vit centré sur lui-même et sur sa propre survie. Mais il ne vit pas pleinement : mu par la peur et ignorant comment accéder au bonheur, il ne fait pas ce qu’il voudrait vraiment faire. Bref, il est un esclave.
Jésus lui-même est entré dans ce monde pour nous indiquer une issue, celle de l’amour.
En acceptant de donner sa vie par amour, il a fait une brèche dans ce monde voué à la mort et il a ouvert un chemin vers la vie.
L’autre mode d’exister est marqué par la plénitude de la vie : la joie, la paix intérieure, l’amour. Jésus a été ressuscité et dès lors, il n’est plus soumis à la mort.
Or, dit Paul à ses lecteurs : Quand vous êtes devenus chrétiens, vous avez été plongés, immergés (c’est le sens du mot «baptisé») dans sa mort.
C’est comme si votre vie ancienne avait disparu avec lui sur la croix pour que vous puissiez entrer, avec lui, dans cette vie nouvelle. Ce passage ne s'accomplit pas par nos propres forces, mais c'est le travail du Souffle en nous.
A quoi dois-je mourir pour être disciple du Christ? Où est-ce que je sens la force de l'Esprit dans mon existence? Comment y être plus attentif, lui laisser plus de place?

Sujets de prière

Oraison

O Christ,
fais resplendir sur nous la clarté de ta face,
afin que nous puissions y contempler la lumière du Père;
et par ta grâce dirige nos pas dans ton chemin,
en communion avec tous les rachetés,
toi qui règnes pour les siècles des siècles.

Cantique 23-05 (du recueil Alléluia)

Nous célébrons un saint mystère