jeudi 10 novembre 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 129 (128)

Ils ne m’ont pas soumis

 
1
Que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse,
 
 
   — à Israël de le dire — *
 
2
que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse :
 
 
   ils ne m’ont pas soumis !

 
3
Sur mon dos, des laboureurs ont labouré
 
 
   et creusé leurs sillons ; *
 
4
mais le Seigneur, le juste,
 
 
   a brisé l’attelage des impies.

 
5
Qu’ils soient tous humiliés, rejetés,
 
 
   les ennemis de Sion ! *
 
6
Qu’ils deviennent comme l’herbe des toits,
 
 
   aussitôt desséchée !

 
7
Les moissonneurs n’en font pas une poignée,
 
 
   ni les lieurs une gerbe, *
 
8
et les passants ne peuvent leur dire :
 
 
   « La bénédiction du Seigneur soit sur vous ! »

 
 
Au nom du Seigneur, nous vous bénissons.

Lectures du jour


Proverbes, Chap. 9, v. 1-11

1
 La Sagesse a taillé sept piliers et elle a construit sa maison.
2
 Elle a tué ses bêtes, elle a préparé son vin. Le repas est prêt.
3
 Elle a envoyé ses servantes à l'endroit le plus haut de la ville pour crier cette invitation:
4
 "Vous, les ignorants, venez par ici!" À ceux qui manquent de bon sens, elle a fait dire:
5
 "Venez manger ma nourriture, venez boire le vin que j'ai préparé!
6
 Quittez votre bêtise et vous vivrez! Prenez donc le chemin de l'intelligence!"
7
 Celui qui fait des remarques à un homme qui se moque de tout récolte seulement du mépris. Celui qui fait des reproches à un homme mauvais se fait insulter.
8
 Ne fais pas de reproches à quelqu'un qui se moque de tout, sinon il te détestera. Mais si tu fais des remarques à un sage, il t'aimera.
9
 Conseille un sage, il deviendra plus sage encore. Enseigne celui qui agit bien, ses connaissances augmenteront.
10
 Le respect du Seigneur est le commencement de la sagesse. Connaître celui qui est saint, c'est être intelligent.
11
 Oui, moi, la Sagesse, j'ajouterai des jours à ta vie et j'augmenterai le nombre de tes années.

Commentaire

Deux invitations à choix : celles de la Sagesse et de la Bêtise

C’est de l’humour pédagogique : sur la place du marché, deux personnages opposés se disputent le chaland, l’un royal, l’autre plutôt « vulgaire », voire effronté. D’une part, un palais royal avec ses colonnades harmonieuses ouvertes sur la rue. D’autre part, un simple siège et des nourritures qui ont le goût de fruit défendu, festin équivoque.
Mme Sagesse fait la promotion des mets qu’elle a confectionnés et invite à ses frais, tandis que Mme Bêtise vante l’usage de biens que les gens possèdent déjà, mais ce sont des biens mal acquis.

Certes, l’argument publicitaire de Mme Sagesse est audacieusement réaliste, mais peu flatteur : vérité de la folie humaine, pénurie de sagesse… Que l’on pointe ainsi notre nature précaire et ignorante, c’est difficile à accepter sans se vexer.
Mais son offre généreuse et générale est celle d’une nourriture et d’une boisson qui sont authentiquement les siennes quoique les ingrédients viennent de plus haut (voyez le chapitre 8, d’hier).
Pourtant les dames Sagesse et Bêtise sont d’accord pour nous traiter d’ignorants, mais pour des buts opposés : sauver les uns en les provoquant, enfoncer davantage les autres en les caressant dans le sens du poil.

Notre vie se trouve sans cesse au carrefour d’un choix, d’appels contradictoires.
Devenir sage, ce n’est pas capitaliser un savoir théorique et verbal, mais quitter l’état actuel de la nature humaine en emboîtant le pas à Celui qui invite, venir partager sa vie. Sur la place publique retentit l’appel du Christ à ceux qui sont assoiffés, fatigués et chargés.

Sujets de prière

Oraison

Dieu de miséricorde,
tu as dressé la table du festin de ton amour
pour tous ceux qui entendent l’appel de ta grâce,
et tu accueilles tous ceux qui sont travaillés et chargés.
Accorde-nous des cœurs humbles et reconnaissants;
et qu’en vivant dès maintenant de ta grâce,
nous héritions au dernier jour la vie éternelle,
par Jésus-Christ, notre Seigneur .

Cantique 127 (du recueil Alléluia)

Si Dieu ne bâtit la maison