samedi 10 août 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 119 (118), 57-64

De quel amour j’aime ta loi !

57
Mon partage, Seigneur, je l’ai dit,
 
 c’est d’observer tes paroles.
58
De tout mon cœur, je quête ton regard :
 
 pitié pour moi selon tes promesses.
59
J’examine la voie que j’ai prise :
 
 mes pas me ramènent à tes exigences.
60
Je me hâte, et ne tarde pas,
 
 d’observer tes volontés.
61
Les pièges de l’impie m’environnent,
 
 je n’oublie pas ta loi.
62
Au milieu de la nuit, je me lève et te rends grâce
 
 pour tes justes décisions.
63
Je suis lié à tous ceux qui te craignent
 
 et qui observent tes préceptes.
64
Ton amour, Seigneur, emplit la terre ;
 
 apprends-moi tes commandements.

Lectures du jour


Livre de Jérémie, Chap. 36, v. 14-20

14
Alors les ministres ont envoyé Yehoudi, fils de Netania, petit-fils de Chélémia et arrière-petit-fils de Kouchi, pour dire à Baruc: "Viens et prends avec toi le rouleau que tu as lu devant la foule" Baruc, fils de Néria, a donc pris le rouleau et il est venu les rejoindre.
15
Ils lui ont dit: "Assieds-toi et lis-nous ce rouleau!" Baruc s'est mis à lire.
16
En entendant toutes ces paroles, les ministres étaient effrayés. Ils se sont regardés les uns les autres et ont dit à Baruc: "Il faut que nous disions tout cela au roi."
17
Puis ils ont demandé à Baruc: "Raconte-nous comment tu as écrit tout cela."
18
Baruc a répondu: "C'est Jérémie qui m'a dicté toutes ces paroles, et moi, je les ai écrites avec de l'encre sur le rouleau."
19
Alors les ministres ont dit à Baruc: "Va-t'en, cache-toi, et Jérémie aussi. Personne ne doit savoir où vous êtes."
20
Les ministres ont laissé le rouleau dans le bureau d'Élichama, le secrétaire d'État. Puis ils sont allés chez le roi, dans la cour du palais, et ils lui ont raconté tout ce qui s'était passé.

Commentaire

Dieu de tendresse et de vigueur …

Baruch, secrétaire de Jérémie, vient de donner lecture, au conseil des ministres réuni autour du roi, du rouleau sur lequel ont été consignées les feuilles les plus vives des annonces, exhortations et mises en garde du prophète en cette fin de règne.
Les membres du gouvernement paraissent plus bouleversés que ne l’a été la foule qui a entendu ces proclamations quelques heures auparavant. C’est qu’ils connaissent leur roi, son hostilité contre Jérémie et la volonté de YHWH qu’il transmet. Mais eux aiment le prophète et sont sensibles à son message. Ils s’informent toutefois de l’authenticité des terribles paroles entendues (v. 17) veillent à ce que le document soit mis en lieu sûr et donnent à Baruch – et par lui à Jérémie – la consigne de se mettre à l’abri des réactions que tout cela va provoquer.
Couchée par écrit sur un rouleau, la parole prophétique ne cesse pas pour autant d’être une parole vivante : elle ébranle, menace, ne se laisse pas réduire au silence.
Annonçant souvent le châtiment que Dieu se propose d’infliger à son peuple, elle est encore une fois et toujours une parole d’amour : la colère de Dieu n’est rien d’autre que la manifestation du combat qu’il mène pour regagner son peuple et le délivrer. Dans sa colère, il ouvre à Israël la voie du repentir et du retour à lui.
Mais si l’amour donne sa véritable dimension à la colère, il est vrai aussi que la colère de Dieu dit l’exigence absolue de son amour. Et celui-ci ne tolère pas le mépris.
Nous qui ne sommes plus habitués à croire que le Dieu qui châtie est celui qui nous aime, nous sommes encore plus choqués par un amour aussi intransigeant.
S’il en est ainsi, n’est-ce pas parce que nous avons pris le pli de nous figurer Dieu sous les traits d’un grand-père dont la tolérance évoque les premières manifestations de la sénilité ?
Au point que nous trouvons normal et dérisoire l’amour qu’il nous porte : puisqu’il est Dieu il est bon, je ne risque rien à croire en lui, même si mon culte prend peu à peu un tour superficiel et indifférent …

Sujets de prière

Oraison

Dieu de bonté,
toi que nous pouvons appeler notre Père,
fais grandir en nos cœurs l’esprit filial,
et donne-nous d’entrer un jour dans l’héritage
qui nous est promis,
par le Christ, notre Seigneur.

Cantique 19 B (du recueil Alléluia)

Le ciel rend gloire à Dieu