vendredi 01 janvier 2016

Temps

Temps de Noël

Semaine

Octave de Noël

Complément

Psaume

Psaume 144 (143)

Heureux qui a pour Dieu le Seigneur

 
1
Béni soit le Seigneur, mon rocher ! †
 
 
Il exerce mes mains pour le combat, *
 
 
il m’entraîne à la bataille.

 
2
Il est mon allié, ma forteresse,
 
 
ma citadelle, celui qui me libère ;
 
 
il est le bouclier qui m’abrite,
 
 
il me donne pouvoir sur mon peuple.

 
3
Qu’est-ce que l’homme,
 
 
 pour que tu le connaisses, Seigneur, *
 
 
le fils d’un homme, pour que tu comptes avec lui ?
 
4
L’homme est semblable à un souffle,
 
 
ses jours sont une ombre qui passe.

 
5
Seigneur, incline les cieux et descends ;
 
 
touche les montagnes : qu’elles brûlent !
 
6
Décoche des éclairs de tous côtés,
 
 
tire des flèches et répands la terreur.

 
7
Des hauteurs, tends-moi la main, délivre-moi, *
 
 
sauve-moi du gouffre des eaux,
 
 
 de l’emprise d’un peuple étranger :
 
8
il dit des paroles mensongères,
 
 
sa main est une main parjure.

 
9
Pour toi, je chanterai un chant nouveau,
 
 
pour toi, je jouerai sur la harpe à dix cordes,
 
10
pour toi qui donnes aux rois la victoire
 
 
et sauves de l’épée meurtrière
 
 
 David, ton serviteur.

 
11
Délivre-moi, sauve-moi
 
 
de l’emprise d’un peuple étranger :
 
 
il dit des paroles mensongères,
 
 
sa main est une main parjure.

 
          ~

 
12
Que nos fils soient pareils à des plants
 
 
   bien venus dès leur jeune âge ; *
 
 
nos filles, pareilles à des colonnes
 
 
   sculptées pour un palais !

 
13
Nos greniers, remplis, débordants,
 
 
   regorgeront de biens ; *
 
 
les troupeaux, par milliers, par myriades,
 
 
   empliront nos campagnes !

 
14
Nos vassaux nous resteront soumis,
 
 
   plus de défaites ; *
 
 
plus de brèches dans nos murs,
 
 
   plus d’alertes sur nos places !

 
15
Heureux le peuple ainsi comblé !
 
 
Heureux le peuple qui a pour Dieu « Le Seigneur » !

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 2, v. 15-21

15
 Ensuite, les anges quittent les bergers et retournent au ciel. Alors les bergers se disent entre eux:<< Allons jusqu'à Bethléem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur Dieu nous a fait connaître.>>
16
 Ils partent vite et ils trouvent Marie, Joseph et le petit enfant couché dans la mangeoire.
17
 Quand ils le voient, ils racontent ce que l'ange leur a dit sur cet enfant.
18
 Tous ceux qui entendent les bergers sont étonnés de leurs paroles.
19
 Marie retient tout ce qui s'est passé, elle réfléchit à cela dans son cœur.
20
 Ensuite les bergers repartent. Ils rendent gloire à Dieu et chantent sa louange pour tout ce qu'ils ont vu et entendu. En effet, tout s'est passé comme l'ange l'avait annoncé.
21
 Une semaine plus tard, c'est le moment de circoncire l'enfant. On lui donne le nom de Jésus. C'est le nom que l'ange a indiqué à Marie avant qu'elle soit enceinte.

Commentaire

Des marginaux pour un Dieu marginal

Les bergers sont les premiers à recevoir l’annonce de la naissance du Sauveur dans la nuit de Noël. Pourtant, ce sont des hommes simples, méprisés même par le reste du peuple, parce que leur métier les empêche d’accomplir toutes les prescriptions religieuses.
Les puissants ne peuvent entendre cette bonne nouvelle, eux qui se fondent sur leur pouvoir;
Les riches ne peuvent l’entendre, eux qui se fondent sur leurs biens;
Les scribes ne peuvent l’entendre, eux qui se fondent sur leur savoir;
Les pharisiens ne peuvent l’entendre, eux qui se fondent sur leur moralité;
Les bergers ne peuvent se fonder sur rien en eux… c’est donc de Dieu qu’ils ont tout à attendre!

Cela nous enseigne aussi beaucoup sur Dieu. Si les bergers sont les premiers à se rendre à Bethléem, c’est que Dieu leur ressemble! Un Dieu humble reconnu par des humbles, un Dieu pauvre reconnu par des pauvres, un Dieu marginal reconnu par des marginaux, un Dieu nu, couché sur la paille d’une mangeoire, reconnu par des hommes qui n’ont aucun mérite…
Qu’en ce Jour de l’An, qui appartient encore au temps de Noël, nous puissions faire vœu d’abandonner peu à peu toutes nos fausses richesses, toutes nos pseudo-sécurités, toutes nos assurances trompeuses… pour simplement nous mettre à genoux avec les bergers devant le Dieu qui s’abaisse, tout entier présent dans la fragilité de l’enfant de la crèche.

Sujets de prière

Oraison

Père éternel, le nom de Jésus
que tu as donné à ton Fils incarné
signifie déjà le salut qu’il nous porte.
Nous t’en prions, enracine en chacun de nos coeurs
l’amour de celui qui est le Sauveur du monde,
Jésus, le Christ notre Seigneur,
lui qui vit et règne avec toi et le Saint-Esprit,
un seul Dieu, dans la gloire éternelle.

Cantique 37-11 (du recueil Alléluia)

O Seigneur, Eternel