vendredi 07 avril 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Vendredi de la cinquième semaine

Complément

Psaume

Psaume 35 (34), 1-10

Lève-toi pour me défendre

 
1
Accuse, Seigneur, ceux qui m’accusent,
 
 
   attaque ceux qui m’attaquent. *
 
2
Prends une armure, un bouclier,
 
 
   lève-toi pour me défendre.

 
3
Parle et dis-moi :
 
 
   « Je suis ton salut. »
 
9
Pour moi, le Seigneur sera ma joie, *
 
 
et son salut, mon allégresse !

 
10
De tout mon être, je dirai :
 
 
 « Qui est comme toi, Seigneur, *
 
 
pour arracher un pauvre à plus fort que lui,
 
 
 un pauvre, un malheureux, à qui le dépouille. »

 
          ~

Lectures du jour


Évangile selon Matthieu, Chap. 25, v. 14-30

14
Le Royaume des cieux ressemble à ceci : Un homme part en voyage. Il appelle ses serviteurs et leur confie ses richesses.
15
Il donne à chacun selon ce qu'il peut faire. Il donne à l'un 500 pièces d'or, à un autre 200, à un troisième 100, et il part.
16
Le serviteur qui a reçu les 500 pièces d'or s'en va tout de suite faire du commerce avec cet argent et il gagne encore 500 pièces d'or.
17
Celui qui a reçu les 200 pièces d'or fait la même chose et il gagne encore 200 pièces d'or.
18
Mais celui qui a reçu les 100 pièces d'or s'en va faire un trou dans la terre et il cache l'argent de son maître.
19
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revient. Il leur demande ce qu'ils ont fait avec son argent.
20
Le serviteur qui a reçu les 500 pièces d'or s'approche et il présente encore 500 pièces d'or en disant : "Maître, tu m'as confié 500 pièces d'or. Voici encore 500 pièces d'or que j'ai gagnées.
21
Son maître lui dit : "C'est bien. Tu es un serviteur bon et fidèle. Tu as été fidèle pour une petite chose, je vais donc te confier beaucoup de choses. Viens et réjouis-toi avec moi."
22
Le serviteur qui a reçu les 200 pièces d'or s'approche et il dit : "Maître, tu m'as confié 200 pièces d'or. Voici encore 200 pièces d'or que j'ai gagnées."
23
Son maître lui dit : "C'est bien. Tu es un serviteur bon et fidèle. Tu as été fidèle pour une petite chose, je vais donc te confier beaucoup de choses. Viens et réjouis-toi avec moi."
24
Enfin, celui qui a reçu les 100 pièces d'or s'approche et il dit : "Maître, je le savais : tu es un homme dur. Tu récoltes ce que tu n'as pas semé, tu ramasses ce que tu n'as pas planté.
25
J'ai eu peur et je suis allé cacher tes pièces d'or dans la terre. Les voici ! Tu as ton argent."
26
Son maître lui répond : "Tu es un serviteur mauvais et paresseux ! Tu le savais : je récolte ce que je n'ai pas semé, je ramasse ce que je n'ai pas planté.
27
Donc tu devais mettre mon argent à la banque. De cette façon, à mon retour, je pouvais reprendre l'argent avec les intérêts !
28
Enlevez-lui donc les 100 pièces d'or. Donnez-les à celui qui a 1 000 pièces d'or.
29
Oui, celui qui a quelque chose, on lui donnera encore plus et il aura beaucoup plus. Mais celui qui n'a rien, on lui enlèvera même le peu de chose qu'il a ! 30 Et ce serviteur inutile, jetez-le dehors dans la nuit. Là, il pleurera et il grincera des dents." "

Commentaire

Un talent

« 6’000 fois » le salaire journalier d’un ouvrier, donc près de 20 ans de salaire !
Ce n’est pas rien ! Et pourtant, cela ne paraît pas suffisant à celui qui l’a reçu.
Cet homme a peur. Peur de son maître qu’il croit être un homme dur, qui moissonne où il n’a pas semé et qui ramasse où il n’a pas répandu. Alors il enterre son talent.

Pourtant, le maître dont il est question ici, est-il si dur ?
Un maître qui se réjouit du talent de fructification de ses serviteurs et qui les qualifie de « bons et fidèles ».
Un maître qui est capable de montrer sa joie : « Entre dans la joie de ton maître ! » Ne serait-ce pas plutôt la peur qui donne au serviteur dépositaire d’un seul talent l’illusion de bien connaître son maître ? Car telle est bien son argumentation : « Je savais que tu es un homme dur. » C’est ce prétendu savoir qui va bloquer la situation et figer l’autre, en l’occurrence le maître.
Combien de fois notre peur nous a-t-elle fait perdre nos moyens ?
Combien de fois notre peur nous a endurcis et nous a fait voir notre prochain uniquement dans le miroir de la peur et de l’endurcissement ? Quand nous croyons savoir, surtout quand nous croyons savoir qui est l’autre, alors nous risquons d’empêcher l’élan de la vie. Nous nous empêchons nous-mêmes de vivre. C’est ce qui se passe quand le maître fait retirer le talent au serviteur. Ce n’est pas tant une punition que la conséquence de son manque de confiance et d’ouverture.
Seigneur, tu nous as confié nos talents. Tu crois en notre potentiel restauré par ta grâce et nous invites à entrer avec toi dans la joie.

Sujets de prière

Oraison

Tu as voulu, Seigneur,
que la puissance de l’Evangile
travaille le monde à la manière d’un ferment;
veille sur nous tous,
qui avons à répondre à notre vocation chrétienne
au milieu des occupations de ce monde:
que nous cherchions toujours l’Esprit du Christ,
pour qu’en accomplissant nos tâches d’êtres humains,
nous travaillions à l’avènement de ton Règne.

Cantique 36-02 (du recueil Alléluia)

Que ton Eglise fasse honneur