vendredi 18 décembre 2015

Temps

Temps de l'Avent

Semaine

vendredi de la troisième semaine

Complément

Psaume

Psaume 41 (40)

Je saurai que tu m’aimes

 
2
Heureux qui pense au pauvre et au faible :
 
 
le Seigneur le sauve au jour du malheur !
 
3
Il le protège et le garde en vie, heureux sur la terre.
 
 
Seigneur, ne le livre pas à la merci de l’ennemi !
 
4
Le Seigneur le soutient sur son lit de souffrance :
 
 
si malade qu’il soit, tu le relèves.

 
5
J’avais dit : « Pitié pour moi, Seigneur,
 
 
guéris-moi, car j’ai péché contre toi ! »
 
6
Mes ennemis me condamnent déjà :
 
 
« Quand sera-t-il mort ? son nom, effacé ? »
 
7
Si quelqu’un vient me voir, ses propos sont vides ;
 
 
il emplit son cœur de pensées méchantes,
 
 
 il sort, et dans la rue il parle.

 
8
Unis contre moi, mes ennemis murmurent,
 
 
à mon sujet, ils présagent le pire :
 
9
« C’est un mal pernicieux qui le ronge ;
 
 
le voilà couché, il ne pourra plus se lever. »
 
10
Même l’ami, qui avait ma confiance
 
 
et partageait mon pain, m’a frappé du talon.

 
11
Mais toi, Seigneur, prends pitié de moi ;
 
 
relève-moi, je leur rendrai ce qu’ils méritent.
 
12
Oui, je saurai que tu m’aimes
 
 
si mes ennemis ne chantent pas victoire.
 
13
Dans mon innocence tu m’as soutenu
 
 
et rétabli pour toujours devant ta face.

 
14
Béni soit le Seigneur,
 
 
   Dieu d’Israël, *
 
 
depuis toujours et pour toujours !
 
 
   Amen ! Amen !

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 1, v. 39-56

39
 Peu de temps après, Marie s'en va. Elle marche vite vers les montagnes, dans une ville de Judée.
40
 Elle entre dans la maison de Zakarie et salue Élisabeth.
41
 Quand Élisabeth entend la salutation de Marie, l'enfant remue dans son ventre. Alors Élisabeth est remplie de l'Esprit Saint.
42
Elle dit d'une voix forte:" Dieu te bénit plus que toutes les autres femmes, et il bénit aussi l'enfant que tu portes en toi!
43
 La mère de mon Seigneur vient chez moi! Quel honneur pour moi!
44
 Oui, quand mes oreilles ont entendu ta salutation, l'enfant a remué de joie dans mon ventre.
45
Tu es heureuse! En effet, tu as fait confiance au Seigneur, et ce qu'il t'a dit arrivera."
46
Marie dit alors:"Oui, vraiment, le Seigneur est grand! Je le chante!
47
 Mon cœur est dans la joie à cause de Dieu qui me sauve.
48
 Il a fait attention à moi, sa servante sans importance. Oui, à partir de maintenant, les gens de tous les temps diront mon bonheur.
49
 Le Dieu tout-puissant a fait pour moi des choses magnifiques. Son nom est saint.
50
 Il sera plein de bonté pour toujours envers ceux qui le respectent avec confiance.
51
 Il agit avec beaucoup de puissance, il chasse ceux qui ont le cœur orgueilleux.
52
 Il renverse les rois de leurs sièges, et il relève les petits.
53
 Il donne beaucoup de richesses à ceux qui ont faim, et les riches, il les renvoie les mains vides.
54
 Il vient au secours du peuple d'Israël, son serviteur. Il n'oublie pas de montrer sa bonté.
55
Voilà ce qu'il a promis à nos ancêtres, à Abraham et à sa famille pour toujours."
56
 Marie reste avec Élisabeth pendant trois mois environ, puis elle retourne chez elle.

Commentaire

Deux femmes, une même attente, une même joie!

Deux femmes, l’une au soir de sa vie, l’autre à l’aube de la sienne.
Marie et Elisabeth: une rencontre comme l’adolescente de notre temps peut rencontrer la femme d’âge mûr, restée si longtemps stérile et qui maintenant exulte de bonheur.
Deux femmes, unies par des liens familiaux, unies par la même espérance, la même foi, le même destin se retrouvent.
Et même l’enfant caché encore dans le ventre de sa mère bondit de joie. Le plan du salut est révélé aux tout-petits!
Marie et Elisabeth vont être – et sont déjà dans la foi – les témoins et protagonistes d’une ère nouvelle.

Marie crie avec toute la force de sa jeunesse, et cette exaltation s’élève jusque dans les cieux. Elle célèbre la grandeur et le triomphe de l’œuvre divine qui se prépare: œuvre dont elle se sent si peu digne d’être la servante. Mais c’est la miséricorde de Dieu qui importe: elle prend corps et vie pour tous ceux qui le craignent.
Par ce cri de reconnaissance, Marie entraîne avec elle toutes les femmes qui ont retrouvé la liberté, qui sont reconnues dans leur rôle d’épouse, de mère et de femme.
Le Magnificat, ce n’est pas seulement le cri d’une femme, mais aussi celui d’un peuple longtemps opprimé qui découvre la liberté.
Dieu étreint son cœur et avec lui, c’est la création tout entière qui rend grâce à Dieu.

Sujets de prière

Oraison

Dieu notre Père,
tu as conduit par ton Esprit
la Vierge Marie auprès d’Elisabeth
pour qu’ensemble elles se réjouissent
de la venue de ton Fils;
dirige aussi nos pas,
afin que nous apportions dans le monde
la joie de celui qui s’est fait pauvre parmi nous,
le Christ, notre Seigneur.

Cantique 14-03 (du recueil Allélulia)

Magnifique est le Seigneur